Archives de Tag: Option Nationale

De fédéraliste convaincu à militant pour la souveraineté

Wow.

C’est sans doute le cheminement personnel le plus intense que je n’ai jamais fait. Je ne vous ferai pas de cachettes : ce ne fut pas facile à faire, pas facile de réaliser que finalement on était peut-être dans le tort depuis tant d’années. Malgré tout, j’ai confiance en l’avenir, j’ai confiance en ce projet, celui de faire du Québec un grand Pays.

À la base, je suis une personne pragmatique. Les chiffres me parlent beaucoup. C’est l’une des raisons (mais pas la seule) qui faisait de moi un fédéraliste. J’ai toujours pensé que faire la souveraineté parce que « les Anglais sont des gros méchants qui veulent juste notre mal » c’était une raison ridicule. J’ai des amis personnels dans l’ouest, une raison inconcevable pour moi.

Et arriva Jean-Martin Aussant. Homme pragmatique (lui aussi) qui me parle de souveraineté mais pour une raison qui me parle énormément : l’économie. Il me dit à travers ses capsules et ses entrevues que le Québec fait bien, mais qu’il pourrait faire encore mieux s’il avait « les deux mains sur le volant » (mauvais exemple 😉 ). Mais vous comprenez le principe. Je lui réponds : »Mais Jean-Martin, qu’est-ce qu’on fera avec toute notre dette et comment on va faire pour joindre les deux bouts sans la péréquation ? ». Et là il me répond : « Tu sais Maxime, la péréquation c’est comme si tu avais 50$ pour acheter de la musique. Ton voisin te dit donne-moi tes 50$ et je t’en redonnerai 55$. Toutefois, ton voisin ne t’averti pas que dans les 55$ dollars qu’il te redonnera, il y a 25$ de frais, et que c’est lui qui choisira ta musique pour toi. Alors tu te retrouves avec 30$ de musique tu n’aimes pas. Tu ne penses pas qu’on serait mieux de garder le 50$ pour acheter la musique qui nous plaît ? ». Wow. Il a parfaitement raison.

J’ai donc lu toute la plateforme d’Option Nationale et je fus entièrement charmé. Non seulement il s’agit d’un projet de société à long terme, un programme d’idées, pas selon le vent des sondages mais un projet rassembleur pour tous. Un projet qui peut se faire sans la souveraineté, mais qui serait fait de manière encore plus efficace grâce à la souveraineté. Je suis sous le charme.

Alors aujourd’hui, je milite aux côtés de Geneviève Allard, la candidate d’Option Nationale dans mon comté, celui de Matane-Matapédia. Mon aide est bien minime, mais j’espère que mon apport fera un changement. Pour la première fois, je porte l’épinglette d’un parti politique fièrement, chaque jour. Pour la première fois, je suis devenu membre d’un parti, avec la carte pi toute. Un parti qui m’inspire, un parti d’idées, un parti qui me redonne foi que la politique peut se faire autrement.

Et à ceux qui disent que Jean-Martin Aussant est un opportuniste politique avec un gros égo, réfléchissez à ceci : M. Aussant avait un avenir brillant avec le Parti Québécois, il était appelé à gravir les échelons rapidement. Ce n’est pas son égo qui l’a poussé à quitter le parti, mais ses convictions et ses idées politiques, quitte à devenir impopulaire. Ça en dit beaucoup sur l’homme, vous ne pensez pas ?

Tagué ,

Avec mes valeurs, mes convictions et mes trippes

Voter.

On en parle si souvent durant les dernières semaines et si vous en êtes plus capable, c’est que vous avez perdu foi en vos institutions politiques. C’était mon cas il n’y a pas si longtemps, et j’ai découvert Option Nationale.

Je serai honnête : j’ai moi-même été contre l’idée d’Option Nationale durant plusieurs semaines. Je croyais à tord que Jean-Martin Aussant était un carriériste égoïste qui voulait être l’homme de la situation pour réaliser la souveraineté du Québec au lieu de simplement se rallier aux forces du Parti Québécois.

Par la suite, j’ai quand même fait mes devoirs. J’ai commencé à regarder les plateformes électorales selon mes valeurs et mes intérêts et sans surprise, je me retrouvais entre le PQ et ON. Comment choisir entre les deux ? Dans le processus décisionnel, j’ai commencé à m’informer sur les candidats de mon comté et sur leur chef.

Sur ce point, je pense que la campagne de Mme. Pauline Marois n’est pas différente de ce à quoi elle nous a habituée. Prête à faire beaucoup (trop) pour simplement séduire l’électorat, elle a joué la girouette sur plusieurs dossiers durant les dernières années, par exemple sur le dossier du financement étudiant. Oh certes, on nous promet l’abolition de l’augmentation des frais de 82% voté par le gouvernement Charest… du moins au début. Après, on regardera si tout va bien et on fera l’augmentation si le besoin est. Pareille côté de la souveraineté. On la souhaite, mais on va attendre, juste pour être certain qu’on veuille en jaser, un moment donné.

Jean-Martin Aussant et Option Nationale offrent des positions plus simples, plus claires et surtout appuyées de faits et de chiffres. La souveraineté est l’enjeu #1, celle là même qui nous permettra en tant que société d’avoir le pouvoir de nos propres dépenses. Actuellement, le gouvernement fédéral nous retourne bien l’argent en péréquation mais contrôle la manière dont nous devons le dépenser. Pourquoi ne pas simplement garder cet argent, notre argent chez nous ? Pourquoi ne pas avoir le contrôle de nos traités, de nos impôts, avec un seul palier de gestion ? La souveraineté ne dit pas de détester le Canada, elle dit simplement de voler de ses propres ailes, comme un enfant devenu adulte. Une fois réalisée, nous aurons les moyens d’offrir la gratuité scolaire, rien de moins. Un investissement de société qui pourrait rapporter beaucoup pour la société de demain, pour la génération qui nous suivra.

Option Nationale est une offre non seulement plus clair, mais aussi plus inspirée. Les candidats ne sont pas là pour faire de la petite politique et simplement râler sur leurs adversaires. À la place, on les voit discuter d’avenir, de projets, d’économie, d’éducation. Enfin, un parti qui ose de discuter avec des idées et des plans, au lieu de simplement rabaisser ses adversaires. C’est de loin la campagne électorale la plus inspirante que j’ai vue depuis mes 18 ans.

Ne prenez pas pour un séparatiste né. Il n’y a pas si longtemps, j’étais un fédéraliste. Je croyais en un Canada uni, j’ai des amis personnels dans l’ouest canadien. Mais je n’y crois plus. Le Canada que je connaissais n’est plus le même. Nous ne sommes plus une fierté internationale. Nous ne sommes plus des leaders en environnement. Nous ne sommes plus une force de paix en temps de guerre. Je ne m’y identifie plus, c’est pourquoi je crois que la souveraineté du Québec devient de plus en plus nécessaire. Et je lance un message aux autres souverainistes. Si un fédéraliste convaincu comme moi a pu changer son fusil d’épaule, c’est qu’il est temps d’en parler, plus que jamais.

J’ai fait mon choix. Le 4 septembre prochain, je vais voter avec mes valeurs, avec mes convictions, avec mes trippes. Je suis réaliste, je sais qu’Option Nationale ne sera pas le parti majoritaire au pouvoir, mais j’aurai la fierté d’avoir voté pour un parti qui me représente au lieu de simplement avoir voté « stratégique ». Et à bien y penser, ON peut avoir notre maison, notre chez-soi, notre pays bien plus rapidement qu’ON le pense si ON vote avec notre coeur, pour une fois.

À tous ceux qui désirent appuyer Option Nationale, parlez-en un maximum dans les réseaux sociaux, au travail, entre-amis et partout où vous en avez l’occasion. Il semble que les grands médias continuent de mépriser l’alternative. Montrez leur qu’ils ont tord.

Tagué , , ,