Archives de Catégorie: Personnel

Je vais mieux, je n’ai plus besoin de toi

arreterCher blog,

Tu m’auras tenu compagnie durant ces deux dernières années. Je n’allais pas bien, même pas bien du tout, c’est d’ailleurs ce qui t’as créé. Désolé de t’avoir mis au monde dans des conditions si difficiles.

Mais aujourd’hui, je vais mieux, je n’ai plus besoin de toi.

Ces deux dernières années, j’ai frôlé la catastrophe à plusieurs reprises. J’ai traversé la dépression, j’ai vécu la fatigue, j’ai affronté le cancer (d’une autre personne), j’ai traversé des hivers difficiles, etc. Mais durant ces deux dernières années, le fait de t’avoir créé en parallèle avec L’épée Légendaire, j’ai découvert plusieurs personnalités fascinantes, j’ai rencontré des gens qui partagent des passions similaires aux miennes, j’ai même partagé le micro avec certaines d’entre-elles. On a eu ben du fun. Pi après tout ça, je me suis même découvert un goût pour le militantisme politique. C’est pas rien !

Donc, maintenant je te laisse, je n’ai plus besoin de toi. Sans doute que je transformerai en quelque chose de plus constructif ou différent, je ne sais pas encore. T’inquiète, ton existence n’aura pas du tout été futile car je suis encore là pour te jaser, tu vois ? C’est pas rien ça.

Allez, à la revoyure !

Publicités

Ma vie 2012 – Rétrospective

L’année 2012 aura pour moi fait l’objet de plusieurs joies, peines, difficultés, belles surprises, fiertés, engagements et émotions. Par où commencer…

Tout d’abord par mon projet #1 : ma petite famille. Mes enfants sont des grands maintenant, et si la période de l’hiver 2012 aura été bien difficile, je dois admettre que tout devient un peu plus facile avec le temps. Rien pour sauter de joies encore, ma conjointe et moi n’avons toujours pas de répits puisque la famille est éloignée, mais au moins la vie familiale se place un peu.

PhotoPar contre, ma grande famille va un peu moins bien. Si je n’ai rien à redire sur la santé de mes beaux parents ou de mon père, ma mère a toutefois été diagnostiqué d’un cancer. À l’heure où je rédige ces lignes, elle suit toujours des traitements de chimiothérapie choc qui lui sont très difficile. Mais le pire, c’est que je ne suis pas là pour l’épauler. C’est dur. Pour la symbolique, je me suis fait raser les cheveux en octobre, le même jour que ma mère.

Côté professionnel ça va mieux. Plusieurs d’entre-vous le savent déjà : je suis technicien informatique à l’UQAR. Comme j’aime aider mes compères, j’ai décidé de m’impliquer syndicalement. Je suis donc le tout nouveau directeur du groupe technique siégeant sur le comité exécutif. J’en ai même profité pour refaire le site web de notre syndicat au complet. Un petit coup de jeune dont il avait grandement besoin.

Politique : je me suis affirmé comme tout nouveau défenseur de la souveraineté. Plusieurs en effet croient qu’il s’agit d’un vieux débat qui n’est pas nécessaire de rouvrir. Moi je crois qu’au contraire il faut s’y attarder dès maintenant. Les dernières politiques canadiennes ne cessent de nous le rappeler, que ce soit dans le dossier des F35, de la protection de nos cours d’eau ou de politiques étrangères. De plus, nous perdons beaucoup d’argent comme société à tenter d’expliquer à d’autres personnes comment nous voulons être gérés. Je me suis donc impliqué avec Option Nationale durant la campagne électorale de l’automne dernier et maintenant je siège sur le conseil exécutif régional comme Responsable des communications externes. En clair, je m’occupe des réseaux sociaux.

Enfin je ne pourrais passer sous le silence ma passion la plus grande : L’épée Légendaire. Mon blog traitant de jeux vidéo a continué sa belle progression, recueillant les éloges sur la qualité de notre travail. Notre podcast est aussi de plus en plus téléchargé, encore plus depuis le Podcast All-Star organisé par les Mystérieux Étonnants. De plus, les visites ont littéralement explosées sur le site depuis le mois d’octobre, en grande partie grâce à la collaboration de François Taddei, créateur de jeux chez Beenox et ancien rédacteur en chef de Jouez.com (fermé en mai dernier). Je suis fier de mon équipe, de ce que nous avons réussi à accomplir et de comment nous tentons de nous différencier, non pas par le nombre d’articles que nous publions, mais par la qualité de ceux-ci.

2012 aura donc été une année pleine de rebondissements et je ne crois pas que 2013 sera plus tranquille. Je vous souhaite une excellente fin d’année 2012, un joyeux temps des fêtes et on se retrouve en 2013 je l’espère. Pour ma part, je sais que je pourrai traverser n’importe quoi tant que ma merveilleuse conjointe Mireille Tremblay sera à mes côtés.

Cela n’arrivera pas

Chère maman,

Depuis plus d’une semaine maintenant que j’ai appris que tu avais le cancer. Une maladie immonde, lourd de sens, qui trop souvent se termine en larmes dans une église.  Depuis plus d’une semaine, je pense à toi chaque jour. Pas que je ne le faisais pas auparavant, mais là j’avoue que c’est pas mal plus intense. Et là, à la rédaction de ces mots, je pleure, vraiment beaucoup.

Tu sais, lorsque je te parle au téléphone, je suis fort. Je ne montre pas mes émotions, je ne pleure pas et je t’encourage. Je te dis que tout va bien aller, que tu vas passer à travers. Mais malgré tout ça, je suis comme toi et moi aussi, j’ai peur. J’ai peur que malgré toute la bonne volonté du monde, tous les messages d’encouragements, qu’avec tous les meilleurs traitements que la médecine d’aujourd’hui nous offre, j’ai peur que malgré tout cela, tu nous quittes.

Mais cela n’arrivera pas.

Tu sais, je me dis que ce n’est pas juste. Je me dis que la vie t’as déjà suffisament fait chier. Tu ne l’as pas toujours eu facile. Les problèmes monétaires, la dépression, les hommes pas toujours corrects. Messemble que quelqu’un aurait pu t’épargner de cette épreuve là, ce cancer qui menace de t’emporter.

Mais cela n’arrivera pas !

À travers cette page, je veux simplement que tu saches que je t’aime, que je serai présent à tous les moments de cette épreuve. Je ne peux pas te promettre, comme tu le voudrais, de ne pas pleurer. C’est peut-être un peu intense à me demander. Mais je te promet d’être là toujours. J’irai te voir chaque jour durant tes traitements. Je vais rire avec toi, pleurer aussi, mais je serai là. Je serai là dans tes bons moments, mais aussi dans les plus difficiles. Tu sais, pour être honnête, je pense que des moments où tu seras complètement à terre, vidée de ce combat, ces moments où tu risques d’avoir le goût de tout laisser tomber… et bien je serai là pour te rappeler de ne pas lâcher. Je serai là pour t’aider à passer à travers, pour que tu puisses vivre un autre 49 années. Je serai là pour que tu puisses voir tes petits enfants vieilir, grandir, se pêter la gueule et que tu puisses les gâter aussi. Tout le monde sait que les enfants d’aujourd’hui ont besoin d’être gâtés, hein ?

Et je terminerai en disant ceci. Je t’aime, maman. Vraiment très fort. Et je crois que tu as toute la force nécessaire pour passer à travers. Et si tu penses le contraire, tu me trouveras sur ton chemin pour te botter le derrière.

xxx

Max

Aidez Luc Desormeaux à aider Leucan !

Une fois de plus, Luc Desormeaux (AKA Scalazormo sur Twitter) tente d’amasser un maximum de fonds en participant au défi têtes Rasées de Leucan.

Vous êtes intéressé à donner ? Vous pouvez contacter Luc Desormeaux directement sur son site Internet en cliquant sur ce lien : CJUAP.com. La meilleure des chances Luc !

 

Un hiver difficile

Après un retour des fêtes mouvementé (lire ici : nous avons tous vomi notre âme durant plus de deux heures sur la traverse Baie-Comeau – Matane), je pensais que nous aurions un hiver tranquille, sans histoire. Comme trop souvent, je me suis trompé.

Cette année la gastro-entérite est très virulente. Les jumeaux l’ont attrapé à la garderie et l’ont introduit dans la maison, alors nous avons tous été malade durant une semaine. Une fois passé, le système immunitaire des enfants a été trop faible pendant un certain temps et mes garçons ont chacun attrapé une infection des bronches, pendant que ma fille a développé une otite. Tout le monde sur les antibiotiques! De mon côté, j’ai attrapé l’une des plus grosse grippe de ma vie, d’abord musculaire, qui a ensuite migré dans mes sinus et ma gorge. J’ai perdu la voix durant une semaine, la pire journée étant celle où je devais enregistrer la Balado Légendaire. Pour la première fois, j’ai dû rater mon propre show…

Je croyais être au bout de ma peine, mais non. À la fin de la prise des antibiotiques, le système immunitaire des enfants était encore faible. Ils ont attrapé la gastro, encore. Une autre semaine à désinfecter / laver / ramasser le vomi partout dans la maison. Le sommeil est difficile, nous sommes extrêmement fatigué. Donc en trois semaines entre la fin janvier et la fin février, nous avons traversé ce qui a été notre pire hiver, et celui-ci n’est même pas terminé.

Espérons que le pire est derrière nous.

Mon cher Charles-Antoine

Bonsoir petit,

Le 10 janvier dernier, j’ai appris que tu avais reçu des ailes d’anges. Tu sais, pour nous qui sommes toujours “en bas”, c’était une bien triste nouvelle. Nous apprenions ainsi que malgré tous les efforts des équipes médicales et ceux de ton papa et ta maman, tu n’avais pas réussis à traverser cette épreuve inhumaine. Depuis je pense à toi.

Pourquoi, je ne le sais pas vraiment. Pour la première fois depuis des années, j’ai pleuré et je pleure toujours à la rédaction de ces mots. Pourtant, je ne te connaissais pas, je ne connais ni ton papa, ni ta maman. Et bien qu’ils n’habitent pas bien loin de moi, je n’ai jamais eu l’occasion de les rencontrer. Tu sais Charles-Antoine, je suis moi-aussi un papa. J’ai une grande fille de 4 ans, et deux petits garçons qui ont tout juste 13 mois (ils sont nés le 26 décembre, 2010). Depuis que tu es parti avec les autres anges, je pense à toi chaque fois que je les regarde, et je réfléchis. Je pense que je ne suis pas toujours un gentil papa. Je chicane très souvent ma petite fille pour des bêtises qui sont parfois bégnines, je me plains de ma petite vie. Je n’aime pas les rendez-vous successifs chez le médecin pour les garçons parce qu’elle les trouve trop petits. Je me plains de ma situation financière, je me plains constamment. Lorsque je vois que des personnes comme ton papa et ta maman sont aussi forts devant une situation hors de leur contrôle et bien pire que la mienne, je me sens bien faible.

Tu sais Charles-Antoine, je crois que tu aurais tout à gagné de rester près de ton papa et ta maman. Même si je ne les connais pas, je n’ai aucun doute qu’ils sont de très bonnes personnes et qu’ils méritent que tu veilles sur eux. Je crois qu’ils auront besoin de toute l’énergie que tu pourras leur apporter afin qu’ils puissent rester fort mais surtout unis, car il arrive dans une vie que des situations difficiles nous séparent, alors que nous devrions nous serrer les coudes. Pour ma part, même si tu es déjà bien loin de moi, tu m’as fait énormément réfléchir. Depuis 10 jours, je m’émerveille chaque fois que j’aperçois mes enfants, chaque fois qu’ils me font un sourire ou qu’ils ont besoin de réconforts. Tu sais, peu importe s’ils sont malades, joyeux, impolis ou simplement endormis, je m’efforcerai d’être meilleur car je sais maintenant que je suis privilégié. Je suis privilégié d’être papa de trois enfants en santé, qui sont près de moi.

Charles-Antoine, veille tes parents. De mon côté, je te promets de serrer mes enfants le plus souvent possible, comme le souhaiterait ton papa et ta maman. Dors bien, petit.

À tous les lecteurs de ce blogue, visitez http://frankberube.com pour envoyer toutes vos sympathies aux parents de Charles-Antoine.

Tagué

Ma vie 2011 : Rétrospective

La fin de l’année: bien souvent le moment de réfléchir sur ce qui s’est passé, sur ce que nous avons fait. Sur nos bons coups et les moins bons et de s’en servir comme base pour bien prérarer l’année suivante. Donc si j’y réfléchis bien, j’ai rien appris en 2010 car l’année 2011 a été l’une des plus dure de toute ma vie.

Bon ça peut vous sembler un peu exagéré. En y pensant bien peut-être pas: je n’ai pas vécu de deuil intense, je n’ai pas un enfant malade, je ne suis ni infirme, ni blessé, ni pauvre, ni en manque de quoi de ce soit. Alors quel est le problème. Et bien, c’est moi le problème.

2011 a été pour moi une année très difficile. Nouvelle maison, nouveaux enfants (oui oui, deux nouveaux). Tout cela paraît bien beau, mais dans la (ma) réalité, c’est différent. Revenons donc un peu en arrière. Été 2010: je ne prends pas congé pour conserver ceux-ci pour les travaux de construction, ce que je fais en octobre 2010. Novembre, emménagement. Décembre, naissance de Jacob et Olivier. Déjà fatigué, je vie dès cet instant sans sommeil. L’idée c’est que normalement lors de l’arrivée d’un enfant, les parents se relaient pour les nuits, pour éviter l’épuisement des deux à la fois. Dans notre situation, deux bébés ont nécessité deux parents, et comme nous n’habitons pas dans la même région que nos parents, nous avons eu de l’aide minimum. Résultat: papa et maman bien cernés.

Alors depuis décembre, je n’ai pas dormi. J’ai donc repris mon travail en février, fatigué comme jamais, avec l’obligation d’y retourner. Non, les parents qui ont des jumeaux n’ont pas plus de congés que les nouveaux parents avec un seul enfant. Si les garçons avaient fait leur nuit en 3 mois, peut-être on n’en parlerait plus aujourd’hui, mais sept mois sans dormir, ça épuise son homme.

Au fil de mois, je suis devenu de plus en plus maussade, soupe au lait, voire même agressif. Ma façon d’aborder les clients au travail a changé, de même que la manière d’aborder mes collèges et mes amis. Malgré le succès grandissant de http://lan2k.net que j’ai co-fondé, je pris la décision de quitter le navire pour démarrer mon propre projet. La raison ? Des détails, seulement des détails. Mais quand on n’est plus soi-même, des détails peuvent apparaître une montagne.

L’épée Légendaire me redonna  un nouveau souffle, ainsi qu’une soirée au douteux.org où j’ai fait la connaissance d’une bande de geek fort sympatique. Malgré tout, je n’étais pas revenu moi-même encore, et il arriva forcément ce qu’il devait arriver : j’ai pêté les plombs durant une soirée, j’ai brisé des liens, j’ai créé un froid. C’est à ce moment que j’ai compris que j’avais un problème.

Heureusement les nuits ont recommencé à revenir tout doucement ainsi que mon énergie. Aujourd’hui je suis plus patient, mais je ne suis jamais revenu au stade d’antant. Encore aujourd’hui je m’en veux énormément de la manière dont j’ai réagis. Et quoi qu’on en dise, je n’excuse rien: je ne devais pas tout simplement. Alors aujourd’hui je continue mon épopée avec L’épée Légendaire, on reconnaît mon travail, on suit attentivement ce qui s’y passe. Je fais de nouvelles connaissances, je discute, j’échange. Je regarde devant, j’ai un objectif.

Qu’est-ce qui m’attend pour 2012 ? Honnêtement j’en ai pas la moindre idée, sauf que je sais ce que je ne dois pas faire: retomber dans les insultes, le pétage de plomb car cette fois, je ne serez pas pardonné et j’y perdrai beaucoup. Je dois simplement continuer à faire mon petit bonhomme de chemin, en paix avec l’univers mais surtout, avec moi-même.