La consommation instantanée

Depuis que j’écris beaucoup sur le jeu vidéo, je me rends compte qu’il y a toute sorte de joueurs et donc toutes sortes d’opinions différentes. Certains aiment sans conditions, certains vont détester sans essayer, d’autres vont nous traiter de fanboy simplement parce qu’on aime les produits d’une compagnie et qu’eux aiment le concurrent. Tout ça, je peux vivre avec, mais lorsqu’on s’attaque directement à un studio de développement, j’ai un problème avec ça.

Dans le jeu vidéo, la « marque » que l’on remarque en premier est celle du distributeur, la grande marque à laquelle les studios se rattachent. Ces marques sont EA, Activision et cie. Trop souvent ces géants ne veulent que le profit, quitte à forcer un studio à sortir son jeu même s’il n’est pas prêt. Vous avez sans doute entendu parler de Dragon Age 2. Pleins de problèmes, non fini, manque de peaufinage : tels sont  les qualificatifs que ce jeu a reçu et Bioware a essuyé les critiques de toute part. Est-ce de leur faute, je n’en suis pas si sûr.

Les gens dans un studio sont à la base du travail. Ils sont les artisans du jeu, ils croient en leur projet. Lorsqu’une telle situation se produit, ce n’est pas parce qu’ils ont voulu le beurre et l’argent du beurre. Ces gens sont trop fiers de leur travail pour le laisser quitter le studio sans peaufinage, sans être parfait. Les vrais responsables ce sont évidemment les distributeurs mais aussi les consommateurs.

De manière indirecte, nous sommes responsables de ces jeux non-finis. Le consommateur moyen d’aujourd’hui vit à l’ère de l’instantanéité. Pour preuve, nous voulons que les réseaux sociaux voyagent plus d’information, plus rapidement. Nous ne voulons plus prendre le temps de lire un texte bien écrit (bien meilleur que les miens d’ailleurs), nous voulons voir une vidéo. Plus le temps de savourer chaque détails d’une critique, nous voulons qu’il soit lu en moins d’une minute. Plus le temps de mettre 12 à 20 heures dans un jeu vidéo, nous les voulons tous, donc un 5 heure fera bien l’affaire. C’est ça la consommation de l’instantané.

Donc peu importe vous êtes concernés ou non, peu importe si la situation vous préoccupe. Les géants du jeu vidéo se rient bien de nous lorsqu’on dit qu’un jeu est trop court, ils savent que le jeu vendra bien quand même. Prenez l’exemple de Medal of Honor, qui offre une campagne solo d’environ 5 heure (et je suis conservateur). Il a vendu cinq millions de copies… Lorsque la consommation de l’instantané aura cessée, nous reviendrons à une ère plus prospère du jeu vidéo. Malheureusement, les signes actuels montrent que cette période est loin d’être révolue.

Publicités

Une réflexion sur “La consommation instantanée

  1. larosenin dit :

    Je suis bien d’accord avec toi, c’est cool de te lire sur ce blog 😉 et tu as vraiment raison, l’ère de l’instantané est loin d’être terminé, elle n’en est même pas à son apogée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :